Le collaboratif, oui, mais quand il y a matière à co-opérer !

N’oublions pas que le « collaboratif » n’est pas un fin en soi, c’est une manière exigeante de co-créer avec d’autres dans un exercice complexe, comme de nombreuses problématiques à résoudre, qui obéit à certaines règles…

Pour aller plus loin, voici deux billets de Meryem Le Saget, experte internationale en vision partagée et conduite du changement, publiés dans Entreprise & Carrières :

> Construire la collaboration

> Participation et collaboration

Winoc Deleplanque

Il est de bon ton de considérer que « coopérer » (action de participer à une oeuvre commune) va de soi. C’est même presque devenu une valeur : un mot qui sonne bien dans les discours mais dont on ignore finalement le contenu, la valeur ajoutée, les règles et les limites.

A force, on finit par nier l’évidence : coopérer est beaucoup plus difficile que de travailler « dans son coin » (même si mon coin est une Direction voire une BU dans un grand groupe). Avant de « participer à une oeuvre commune », mieux vaut s’assurer que ça en vaut la peine et que l’on est armé pour cela : voici quelques éléments qui pourront vous guider dans votre réflexion :

View original post 166 mots de plus

A propos Nicolas Cordier

Social business intrapreneur, corporate changemaker, dreamer and doer, blogger on liberated compagnies, open innovation & how to be an actor in a changing world
Cet article, publié dans Innovation, leadership & management, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s